Engrais par injection

L’huile d’hiver (aussi appelée huile au stade dormant, huile de dormance, huile pour traitement d’hiver, etc.) est une huile épaisse appliquée normalement au printemps, à la fonte des neiges, mais on peut aussi l’utiliser à l’automne, après la chute des feuilles. On l’applique sur les végétaux ligneux : arbres, arbustes, conifères, grimpants (notamment la vigne à raisin)… tout ce qui, en fait, survit à l’hiver hors du sol. C’est le traitement insecticide favori des amateurs de fruitiers, notamment, car les fruitiers ont plus que leur part d’ennemis. Selon la région où vous habitez, on l’applique entre le début de mars et la mi-mai… même dès janvier dans les climats vraiment modérés.

Cette huile agit sur les insectes et acariens qui hivernent sur les branches et les écorces, que ce soit sous forme d’adulte, de pupe ou d’œuf: pucerons, acariens, psyllides, citadelles, cochenilles, etc. En recouvrant l’insecte d’huile, on vient boucher ses pores, ce qui l’empêche de respirer. Aussi elle fait fondre la couche cireuse qui protège certains insectes (notamment les cochenilles), exposant leur corps fragile à l’air sec.

Application

  • Traiter lorsque la température ne descend pas en bas de 4°C la nuit, suivant l’application.
  • Il ne doit pas pleuvoir pendant les 48 heures suivant l’application.
  • Vaporiser par temps doux et sec pour un séchage rapide.
  • Couvrir le tronc et les branches assez pour mouiller sans ruisselage.
  • Brasser souvent le contenant pendant l’application, pour garder le mélange homogène.
  • Utiliser toute la préparation.
  • À l’automne, remiser le produit dans un endroit sec et tempéré.

Certains végétaux sont sensibles à l’huile d’hiver, même lorsqu’ils sont en dormance, et mieux vaut d’éviter de leur en appliquer: arbre à perruque (Cotinus spp.), caryers (Carya), chêne rouge (Quercus rubra), érable à sucre (Acer saccharum), érable du Japon (A. palmatum), érable rouge (A. rubrum), érable de l’Amour (A. tataricum ginnala), hêtres (Fagus spp.), houx à feuillage persistant (Ilex spp.), ifs (Taxus spp.), noyers (Juglans spp.), pin blanc (Pinus strobus), sapin de Douglas (Pseudotsuga meniesii) et thuyas (Thuja spp.). Et bien que l’huile d’hiver est spécifiquement conçu pour les fruitiers, l’écorce de certains pommiers, notamment ‘Empire’, ‘Mitsou’ et ‘Red Delicious’, y est sensible.

Enfin, notez que l’huile fait fondre la cire blanche qui donne la couleur bleutée aux conifères et est donc à éviter, si vous voulez conserver leur coloration, sur les épinettes (Picea spp.) et les genévriers bleus (Juniperus spp.).

Faites confiance à une équipe de pros! Contactez-nous dès aujourd'hui